jueves, enero 10, 2008

LA VIE M'INTERESE MOINS CHAQUE JOUR PLUS

LA VIE M'INTERESE MOINS CHAQUE JOUR PLUS

Auteaur: Felipe Chávez G.
Traducteur: Yurany Duarte Mojica
(Borrador de traduccion No. 1 enero de 2007. Borrador en español aquí)

CHAPITRE 1. FREE ESTHÉTIQUE
CHAPITRE 2. PROVERBE POPULAIRE
CHAPITRE 3. BAR ET DÉPIT
CHAPITRE 4. SEX SYMBOLE
CHAPITRE 5. ESPÉRANCE
CHAPITRE 6. VIE (Dans trois actes)

à Luz Angela Reina
Grâce à tous les années de joie
et de promesses inachevées


UN PROLOGUE LONG POUR UN COURT LIVRE

"être superficiellement profond" (Andy Wharhol)


La vie m'intéresse moins chaque jour plus, c´est un acte pour guérir, une catharsis, une déclaration d´amour éternel, la fermeture d'un cycle de répétitions monotones; une recherche dans le difficile art des aphorismes avec des prétentions littéraires, philosophiques et ironiques qui ne réussissent pas. Ces textes sont plagiats de la rue et d'autres lèvres. Je m'amuse en organisant et en réorganisant des syllabes comme un collectionneur de phrases qui fredonne avec mots une mélodie répétée.

Je ne sais pas conjuguer le verbe créer, seulement le verbe recycler comme celui qui fait des manuscrites avec les mots et les corps des autres et veut le choisir comme un métier …

Comme abus la langue dans la politique, la gestion culturelle, la pédagogie et l'amour; dans le théâtre je fait la recherche sur le langage non verbal et dans ce livre la possibilité de résumer en ébauchant des images plus loin du mot.

Par le plaisir d'aller dans une contre-voie, j'imagine ce livre par ce qu'il a cessé de dire et non par ce qu'il dit … dans six chapitres depuis une option esthétique par la synthèse, en passant pour des endroits communs de la culture populaire, des définitions du dictionnaire personnel, de la moquerie sur l'amour, le sexe, la ville et l'absurdité de l’existence.

Ce texte sort au public grâce à l'effort de l'édition de Carretaca Teatro, projet culturel qui me donne et enlève ce que j’essaie d'être. Le diagramme et le système alternatif de distribution sont partie essentielle du sens du livre qui se configure comme une action pluridisciplinaire transesthétique graphique parateatral pseudolittéraire et performática; c'est-à-dire, pour rigoler pour lui donner d'un sens à l'existence ou une excuse simple pour m'occuper encore un jour.

La vie m'importe moins chaque jour est plus une contradiction banale entre l’ennui et l'espérance, bienvenue.

Bogotá D.C. Un juin 6 de 2006 un 6/6/6

CHAPITRE 1. FREE ESTHÉTIQUE


"La poésie est la seule compagne
habitue-toi de ses couteaux
que c'est la seule"
(Raúl Gómez Jattín)


1. CONSIGNE
contre l'abus de la parole
présent présent
présent présent

2. ÉCRIRE
une estocade

3. Je lis dans le bus
bondissent les lettres
avec chaque saut elles se mettent en désordre
jamais les livres
me diront le même...

4. Je seul
désire
résumer

5. PROMESSE
J’amputerai ma langue
pour te parler seulement
avec mes mains

6. Le meilleur mot :
silence


7. FOIRE
la belle femme monte à la scène
colle son dos au bois
le public applaudit mon habileté
et sans deviner
je lance mes mots
comme couteaux

8. APOLOGIE À MONTERROSO
Quand nous l'avons pu nous réveiller
le dinosaure n'a pas déjà voulu être là

9. PORTRAIT
ma grand-mère dans la chaise de roues
et moi comme elle
depuis dix ans
lentement
en reportant l'inévitable

CHAPITRE 2. PROVERBE POPULAIRE

"cela lui arrive pour courge
cela lui arrive pour torgniole portez que porte
et suce que suce
cela lui arrive par mignon"
(Jorge Velosa Ruíz)

10. mon amie
ni hache ni prête la fissure

11. INCAPABLE
je n'ai pas pu cacher le soleil avec un doigt
ni brûler les vaisseaux non plus
ni échouer dans la première tentative
ni renoncer à ma crédulité dans l'amour éternel
ni me rencontrer face à la balle perdue

12. SOLITUDE
sensation de soif
dans l'espérance

13. APRÈS D’ÊTRE ARRIVÉ TARD AU RENDEZ-VOUS
comme mon amie a dit :
Je regrette le retard

14. En vivant seul dans la chambre obscure
Je rencontre une lumière intérieure

15. MÉLANCOLIE
sensation de faim
dans la mémoire

16. ROUTINE
Tombe la nuit sur la ville
mon cœur met le pyjama
pour essayer
prendre du chocolat
et dicter un cours

17. Dieu donne des dents à celui qui ne veut pas manger du pain

18. DES LIEUX COMMUNS
une ville insupportable
des mendiants
des sémaphores
étouffement
marcher étroit
et chaque coin habité par tes souvenirs

19. VOYAGEUR 1
Il a voyagé 500 kilomètres
pour découvrir que malgré les années
dans la ville de mon enfance
les étoiles brillent encore


20. personne ne perd ce qu'elle a
jusqu'à ce qu'elle le veuille


21. VOYAGEUR 2
Ni une main dit au revoir
Ni des bras me reçoivent
je voyage pour collectionner dans chaque port
un manque d'affection

22. j'attends patiemment
Je sais que la vie
aujourd'hui elle ne vas pas m’arriver non plus

CHAPITRE 3. BAR ET DÉPIT

"quand l'amour s'abîme i
C’est mieux le changer
au lieu de le réparer"
(Rikarena)

23. RIEN DE SI COURT COMME L'AMOUR ÉTERNEL
Dans le sable j'ai écrit ton nom avec mon urine

24. FORMULE DÉJEUNER
comme déjeuner exécutif
notre amour sans œuf
sans principe et sans fin

25. comment fais-tu pour m’habiter chaque pore
et rester si loin ?

VARIATION:
comment fais-tu pour m’ennuyer dans chaque pore
et pour vivre si loin ?


26. ABSENCE
une goutte de toi
comme couteau
sur mon horizon

27. MENACE 1
Je t'aimé

28. je suis la paille dans ton oeil
et cette poutre dans le mien ne me permet pas
de te serrer dans mes bras

29. MENACE 2
Je ne t'oublie pas

30. Je préfère de te voir dans cette photo
Parce que tu ne me refuse jamais le sourire

31. MENACE 3
un couple marche par le reflet de la fênettre
tandis que la radio dit
je t’aimerai toute la vie

32. POUR T’OUBLIER
chaque matin les premiers signes d’amour
je me rase à rebrousse-poil


33. SOLITUDE
je me suis enfermé à pleurer dans le bain
quand tu es parti
et quand je me suis laver le visage
pour la première fois,
je me suis tomber sur mon reflet

34.
je regarde un dieu au-dessus de l'épaule
et un punition
je mords un silence gelé avec ton nom

CHAPITRE 4. SEX SYMBOLE


"Si la vie était stable tout le temps
je ne me boirais pas ni je gaspillerait l'argent
par cela l'argent qui tombe à mes mains je l

a dépense en femmes, alcool et en dansant"
(Diomedes Diaz)

35. dans le sexe un groupe
des mains restent et des bouches manquent

36. le sexe propre
donne un dégoût

37. IRRESPONSABILITÉ
cette année je ne peux pas réprimer le désir
de me reproduire


38. AMITIE
Je suis le meilleur coup
De mes amies

39. LISTE
les femmes de ma vie tiens dans les doigts de la main

40. BOX
dans le lit
quadrilatère pugiliste
il reste qu’une humiliation
et sang

CHAPITRE 5. ESPOIR

"Ce chemin
personne ne le parcourt
déjà sauf le crépuscule"
(Baso)

41.JEU D'ENFANTS
Jouons au bois
tandis que j'essaie d'être

1, 2, 3,
Par moi
Par personne

Tapo remacho (Arretez) je ne vis plus

42. Je ne fait que respirer
Je ne fait que respirer
Je ne fait que
Res
Pi
re

43. PERSONARIO
ESPÉRANCE
En Attendant une tuerie

AGONIE
Je Ne fais rien pendant la journée

DÉSESPOIR
Condamné je t’attends

ILLUSION
En Tentant une émotion

PESSIMISME
En Pensant à moi même

REGRET
La nuit tombe l'espérance

44. DESTIN
Sans rame
Irrémédiablement vers la chute
Dans ce ruisseau
Infesté d'espérances

45. tu as été l'étoile fugace
Qui a frappé ma tête

VARIATION
tu es parti comme l'étoile fugace
qui a frappé ma tête

46. SANTAFÉ
si je m'éveille avant que tous
je lui couvrirai les jambes d'un journal de mante,
je la caresserai un peu
et je ne lui donnerai pas le petit bisous
pour que cette ville ne réveille pas!

47. la vie m'importe moins chaque jour plus

CHAPITRE 6. VIE (Dans trois actes)

"L'APÁTRIDA
J'ai été expulsé de la ville je porte une chaîne au cou
avec mon propre coeur comme cadenas "
(Omar Requena)



48. L'AMOUR
Je sais que serait mieux de ne rien te dire
mais il est difficile de déraciner la langue
quand j'ai un je t'aime ancré dans la gorge

49. LE PÉCHÉ
Je Suis tombé dans une tentation
déshabille je me suis jeté à l'eau
l'horloge s'est mouillée
et je suis resté sans le temps pour les deux

50. LE PRINCIPE
Dans la course utérine contre des milliers de spermatozoïdes
j'ai perdu, je suis arrivé avant que le deuxième
à féconder cette tragédie

MANIFESTE
personne ne s'intéresse à mes sécrétions
mes douleurs sont mon patrimoine
je ne les partage pas

ma solitude, pessimisme et amertume
donnent sourire

je ne cherche pas le mot exact
les idées ne riment pas

l'autre est si humble qui m'écoute
personne ne sue en écrivant
je ne demande pas donc
que vous appréciez cet effort

Oscar Felipe Chávez G. (Popayán, Cauca. 1979)

Etudiant de Licence en Philosophie. Directeur de l'Association Culturelle Carretaca Teatro où il est à la tête des processus socioculturels de création artistique, pédagogie, recherche, communication et développement communautaire. Il fait la recherche dans de divers langages de l'art comme le théâtre, les moyens audiovisuels et la littérature. Il recherche des sujets récurrents comme le langage non verbal, la colombianité et l'absurdité de la quotidienneté. Ses pièces de théâtre se bougent dans le circuit du théâtre communautaire et de l'art alternatif. Il est invité comme enseignant et conférencier à différentes expériences artistiques dans des évènements nationaux.

Des publications : Puente Aranda entre calles y avenidas (FDL Puente Aranda, Bogotá. 2001), Memorias de Carnaval 4 Carnaval de Puente Aranda (FDL Puente Aranda, Bogotá. 2003), Mapa Cultura de Puente Aranda (FDL Puente Aranda, Bogotá. 2005).
Il écrit, dessine – concevoie et édite de diverses publications culturelles et communautaires comme le journal Théâtre Noeud avec le Réseau Colombien de Théâtre en Communauté et le Carretaca journal.
Textes:
www.oscarfelipechavez.blogspot.com
Vidéos:
www.youtube.com/user/oscarfelipechavez
Publicar un comentario